Logo AFJK

Respect des droits de l’enfant - Mauvais points

Difficile de suivre tant ils se succèdent  !

Attention Cette rubrique n'est plus suivie qu'épisodiquement. Merci de vous reporter au travail des organisations telles que DEI-France présentée sur ce site.

Pour mémoire, quelques articles archivés.

Attention La Défenseure des enfants attaquée à son tour !

Dominique VersiniCoup de théâtre en septembre 2009 : le Défenseur des enfants risque de disparaître à l'occasion d'un nouveau projet de loi.

Le rôle de la Défenseure des enfants ne se limite pas au soutien des enfants menacés, dont elle est pourtant l'ultime recours. Son action s’inscrit dans l'évolution de la société sur les grandes questions concernant les enfants et cette institution indépendante est bien la seule (on peut le déplorer) qui ait « vocation à porter la parole des enfants au plus haut niveau de l’État ».

Pour tous ceux qui aident les enfants, son institution représente un grand progrès, encore timide. Y toucher marquerait un grave recul des libertés en France. Il est inimaginable de vouloir retirer aux enfants de France leur Défenseur !

Dénonçant le nouveau projet de loi, la Défenseure des enfants, Dominique Versini, rappelle à juste titre dans un communiqué de presse indigné, ses missions et les fonctions irremplaçables qui sont les siennes, avec son équipe, pour faire appliquer la Convention des droits de l'enfant dont on fêtera le 20 novembre le XXe anniversaire.

L’Association Korczak manifeste son attachement indéfectible à cette institution unique, spécialisée et indépendante indispensable à la protection de l'enfance et appelle à se mobiliser pour déjouer les menaces tout à fait inacceptables pesant sur son avenir.

[Suite sur notre nouvelle page>]

 

***

Attention Shoah : attention à
l'instrumentalisation de l'éducation

Le président Nicolas Sarkozy a décrété le 13 février 2008 devant les responsables de la communauté juive que chaque élève de CM2 — la dernière classe d'école primaire avant l'entrée au collège — devra connaître dès la rentrée 2008 « le nom et l'existence d'un enfant mort pendant la Shoah ».

Sa déclaration a heureusement provoqué une vive polémique qui a rapidement ramené le gouvernement et tous ceux qui s'étaient empressés de l'approuver à plus de raison. L'AFJK s'est réjoui de la réaction immédiate des pédiatres, psychologues et psychanalystes qui ont su parfaitement recadrer le débat, sans oublier le salutaire et énergique sursaut de Simone Veil : « Mon sang s’est glacé. C’est inimaginable, insoutenable, dramatique et, surtout, injuste. On ne peut pas infliger ça à des petits de dix ans, on ne peut pas demander à un enfant de s’identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter. »

 

Au-delà de la stupidité et de la naïeveté, nous regrettons que le discours politique en France sur les enfants, les jeunes, l'éducation, soit à ce point effrayant d'inconscience et d'immaturité. L’AFJK dénonce cette nouvelle attention déplacée à l'égard des élèves comme une atteinte au plus élémentaire respect des enfants et de l’Enfance. Nous nous opposerons toujours à toute instrumentalisation de l’Enfance, de la Shoah, de la mémoire — Bien entendu, sinon pourquoi Korczak ?

La dédicace de la page d'accueil de notre site http://korczak.fr avec une citation explicite de Janusz Korczak fut un moyen clair d'exprimer notre opinion tout en invitant les responsables de l'initiative à prendre le temps de lire les fondamentaux du grand éducateur :

« Nous drapant dans notre dignité d’adultes, nous leur imposons un nombre considérable de devoirs ineptes et de tâches irréalisables. Que de fois l’enfant ne s’arrête-t-il pas frappé de stupeur devant tant d’arrogance, tant d’agressivité, tant de bêtises âgées. »

Janusz Korczak, Le droit de l’enfant au respect, Janusz Korczak, 1929,
in Comment aimer un enfant (p. 371, Laffont 2006).

Sur le fond, c'est-à-dire sur la question fondamentale du respect de l'enfant et de la responsabilité pédagogique des adultes, l'AFJK partage le point de vue de DEI-France, la principale ONG française de défense des droits des enfants, en ajoutant qu'il est consternant de ne pas plutôt songer à mieux préparer les enfants à se forger des consciences libres et citoyennes, en commençant par exemple par les aider à faire l'expérience de la démocratie à l'école et à substituer entre autre un peu de l'autorité si subjective des adultes à celle du droit, ou encore en leur donnant les moyens de gérer leurs conflits autrement que par la violence.

De plus, les donneurs de leçons seraient mieux inspirés de donner à la télévision et dans les rues, devant les écoles et dans leur classe,des exemples d'humanité et de respect de l'autre au lieu de leur imposer chaque jour ou presque le spectacle inhumain de la persécution systématique et de l'exclusion de leurs jeunes camarades immigrés sans papiers, sans parler des violences institutionnelles, droits humains bafoués, attitudes arbitraires, et… décisions autoritaires non démocratiques.

Nous vous invitons à lire le communiqué de presse de DEI-France [PDF, 128 Ko], et les articles ci-dessous, au choix !

NouveauPage DÉBAT avec les réactions de membres de l'AFJK
et quelques articles qu'ils ont apprécié

(Pour poursuivre le débat, envoyer un e-mail à : contact - afjk.org)

***

Attention Industrialisation et déshumanisation

La CIMADE est la seule organisation à visiter les Centres de rétentions où sont enfermées et détenues toutes les personnes en situation irrégulière, avant tout jugement et jusqu'à celui-ci — et le délai peut-être long — , qui débouchera soit sur une libération (donc suite à un abus de pouvoir), soit sur leur expulsion physique du territoire. Son rapport annuel fait froid dans le dos et devrait interpeller les consciences, surtout quand on connaît les limites et les vicissitudes de toute institutionnalisation.

***

Attention Les politiques jouent avec le feu !

La loi sur l'immigration contient des vices cachés, dont celui de l'usage politique des tests ADN pour la première fois en France. N'oublions pas qu'ils sont déjà un sujet de controverse quant à leur usage excessif par les forces de l'ordre et dans les fichiers de la Police, comme l'avait dénoncé la CNIL.

***

Attention Une bien mauvaise rentrée 2007

Persécution institutionnalisée des familles et des jeunes majeurs isolés, maltraitance des enfants des sans-papiers, pourchassés, enfermés dans des centres des atteintes directes aux droits des enfants en France…

***

Astérix : une décision polémique

La Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) manque de visibilité et de crédibilité, c’est le moins qu’on puisse dire 18 ans après son adoption dans un grand élan de reconnaissance universelle. Partant de ce constat, la nouvelle Défenseure des enfants, Madame Dominique Versini, nommée en juin 2006 en remplacement de Madame Claire Brisset arrivée en fin de mandat, a cru bon faire appel à Uderzo.

Imaginer Astérix et Obélix en Défenseurs des droits de l’enfant pose question en soi, les deux personnages n’étant pas précisément connus et aimés pour leur fibre paternelle et pédagogique — Et qui se souvient de la place des femmes et des enfants dans leurs aventures ? Cette réserve étant faite, le problème est hélas plus sérieux car il tient au fond, sur la manière dont ont été traités et finalement encore une fois réduits les droits de l’enfant présentés aux enfants.

Si un superbe site a été créé et d’importants moyens en communication mobilisés, il ne semble pas que l’objectif fixé soit tant d’aider les enfants à s’approprier leurs droits fondamentaux, pour apprendre à mieux se protéger, s’exprimer, s’organiser, s’informer et à faire entendre leur voix, que de leur « expliquer » 12 droits sélectionnés sur les 41 de la CIDE (et sur quels critères ?), et bien encadrés par des rappels à leurs devoirs.

Alors volonté d’aider les enfants, nouveau malentendu ou choix délibéré d'occulter l'importance de ces droits d'expression, droits de participation, droits d'association et droits de citoyenneté (entre autres) pourtant essentiels à l'amélioration des rapports adultes/enfants ? Et qui seuls pourraient permettre aux enfants et aux adolescents de mieux s'organiser comme le préconisait Janusz Korczak au début du XXe siècle. Le projet pourra-t-il évoluer ? À vous de juger, mais pour le moment nous partageons l’analyse de DEI-France dont nous vous invitons à lire le communiqué.

***

Faute de chroniqueur suffisamment disponible, cette rubrique avait été suspendue en 2005 et 2006. On ne dispose donc que des archives de l'année de sa création.

ARCHIVES 2004
(Hors les affaires criminelles)

http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 27 février 2004, révisée le : 16/09/2009)