Logo AFJK

Protéger les enfants des sans-papiers


« Laissez-les grandir ici »
Voir aussi : « Sans papiers ni crayons »

Attention Atteintes flagrantes aux droits de l'enfant

L'œuvre universelle de Janusz Korczak a été forgée à l'écoute des besoins des enfants les plus faibles, les plus pauvres, les plus isolés, pour le plus grand profit de tous les enfants… et de la société !

En France aujourd'hui, ce sont les enfants des immigrés sans papiers et les deux millions d'enfants pauvres français qui ont le plus besoin d'assistance et de solidarité. Entre démagogie politique et pression de l'extrême-droite, la situation est devenue souvent indigne — honteuse — pour notre pays : ni l'État, ni l'École ne les protègent suffisamment. On a pu constater que leurs droits les plus élémentaires (vivre avec leurs parents par exemple) sont parfois ignorés ou bafoués par des institutions de la République.

L'accueil des demandeurs d'asile incombe à l'État. Or celui-ci, au lieu de mettre en œuvre la politique d'accueil et d'information sur les droits prévue dans les textes, a engagé une politique de dissuasion brutale et agressive. Malgré une formidable résistance populaire pour les protéger, la chasse aux enfants (!), aux élèves et aux étudiants étrangers à la sortie des écoles et jusque dans les salles d'urgence des hôpitaux… en a été la caricature, sous la conduite du ministère de l'Intérieur avec la participation zélée de trop nombreux préfets, en complète violation de la CIDE, la Convention des droits de l'enfant.

Au-delà de la bonne conscience, le plus choquant, le plus irresponsable, est l'abandon de la lutte contre le racisme et l'intolérance et le déni de la responsabilité pédagogique du Politique que cela signifie, — sans compter les situations de maltraitance, les suicides, les désespoirs et les nouvelles injustices générées.

Pourquoi les incivilités des jeunes seraient-elles plus insupportables que celles des adultes ? À quoi servent répression, exclusions et condamnations très dures des jeunes par les tribunaux, dès 16 ans désormais, quand dans le même temps les cols blancs sont toujours blanchis ou graciés pour des délits autrement plus conséquents ? Quand la société des adultes donnera-t-elle l'exemple aux enfants, en matière de Justice et de respect mutuel ?

Les règles n'ont de sens que si elles sont les mêmes pour tous, de l'enfant au policier, de l'élève au maître, et les faire respecter n'autorise pas l'autoritarisme et encore moins des pratiques totalitaires.

***
***

Appel à la solidarité

 

 

 

http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 19 février 2005, révisée le : 26/04/2009)