Logo AFJK

Conseil de l'Europe, VARSOVIE, 20 novembre 2007

L'appel de Varsovie du Commissaire Hammarberg
sur les traces de Janusz Korczak

Discours de Thomas Hammaberg sous l'égide de Korczak
Le Commissaire Hammarberg à Varsovie © J. Barcz / Shalom Foundation, Warsaw

Pour la Journée internationale des droits de l’enfant, le Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe, Monsieur Thomas HAMMARBERG a choisi de rendre un hommage appuyé à Janusz Korczak en se rendant sur ses traces à Varsovie le 20 novembre 2007, pour appeler solennellement les gouvernements et les institutions à plus de considération pour la parole et les opinions des enfants.

Mots-clés : Conseil de l'Europe, L'exemple de Korczak, Le roi Mathias Ier, Républiques des enfants de Korczak, participation des enfants, manipulations, Article 12 de la CIDE, droits des enfants, respect des enfants, prise en compte de leur point de vue, responsabilité des institutions, Sept mesures concrètes (cf. son discours intégral).

« Les enfants ont le droit d'être entendus
et les adultes le devoir de les écouter »

T. Hammarberg sur les traces de Korczak

Thomas Hammarberg a prononcé son discours dans les murs de l'orphelinat historique n° 1 de Janusz Korczak, La Maison des orphelins (Dom Sierot), après une marche sur les traces du grand éducateur qui l'avait mené devant son nouveau monument érigé en 2006 au cœur de la capitale polonaise, puis à travers les vestiges de l'ancien ghetto de Varsovie jusqu'à la tristement célèbre Umschlagplatz (les quais d'embarquement des trains) d'où Korczak et les enfants ont été déportés à Treblinka.

 

 

Rendant hommage à sa mémoire et à son histoire exemplaire, le commissaire s'est référé à l'action de précurseur de Janusz Korczak, à son roman propédeutique des droits de l'enfant Le roi Mathias Ier, et au fonctionnement de ses [deux] orphelinats transformés pendant trente ans en républiques d'enfants, en soulignant son rôle de pionnier dans la prise en compte institutionnelle de la parole et de la participation des enfants.

Expliquant que Korczak devrait servir de modèle pour garantir l’implication active des enfants dans les processus décisionnels, Thomas Hammarberg a appelé à s’inspirer de son exemple pour « modifier les comportements sociaux et élaborer des modèles viables de participation des enfants et des adolescents aux prises de décisions politiques et sociétales ».

Constatant que l'article 12 de la Convention internationale des droits des enfants (CIDE) était toujours le plus difficile à admettre de la part des adultes [idem 12 à 17], qui continuent de s’y opposer « en vertu des droits des parents ou au nom de principes religieux », il a fait le constat suivant, auquel, de bonne foi, chacun souscrira :

« Lorsque les enfants sont invités à participer à des manifestations politiques, ils sont trop fréquemment manipulés ; leur participation n’est à l’évidence que symbolique. On part du principe que les parents et autres personnes responsables des enfants les représentent dans la sphère politique et dans la société en général. »

Le Commissaire a ensuite affirmé que « les uns et les autres ont tout à gagner à voir les adultes apprendre à épauler les enfants dans l’exercice de leurs droits ». Ajoutant qu’« Il est par ailleurs indispensable de mettre en place, au sein des instances politiques, des mécanismes qui garantissent la consultation systématique des enfants et une véritable prise en compte de leur point de vue », il a conclu son point de vue en détaillant sept mesures concrètes à mettre en œuvre au niveau des États « qui seraient conformes à l’esprit de Janusz Korczak ».

 

Ce discours politique sur les droits des enfants et Janusz Korczak est historique en ce sens qu'il promeut une nouvelle interprétation des droits de l'enfant, selon laquelle il revient aux institutions politiques le devoir de chercher à consulter les enfants en vue de connaître leurs opinions, et de leur donner les moyens de s'organiser pour faire entendre leur voix dans les institutions démocratiques officielles. Se référer ainsi au combat de Korczak pour exiger plus de respect des enfants par les adultes est certainement le plus bel hommage qu'on pouvait lui rendre en cette journée internationale.

 

Le Commissaire Hammarberg avait rendu un premier hommage à Korczak le 20 novembre 2006, dans les murs du Conseil de l'Europe à Strasbourg, au cours d'une cérémonie organisée en présence du Représentant permanent de la Pologne au Conseil de l'Europe, M. Piotr Switalski.

« La vie de Janusz Korczak, son travail et sa solidarité avec les enfants sont des leçons permanentes sur la façon de pratiquer les droits de l'enfant. Il nous a appris à écouter les enfants et à leur permettre de contribuer à la société » avait alors déclaré le Commissaire, qui avait ajouté aussi :

« Au début du XXe siècle, Janusz Korczak a été un pionnier en matière de droits et de développement de l'enfant. À travers des ouvrages, des programmes radiophoniques et des quotidiens nationaux pour enfants, il développa des principes fondamentaux de pédagogie, tels que le besoin d'écouter les enfants et de respecter leur droit à prendre part à la société. Il a mis ces théories en pratique par le biais d'orphelinats organisés tels des "républiques des enfants". Durant les pires heures du ghetto juif de Varsovie, il a continué à diriger un orphelinat dans lequel les enfants décidaient eux-mêmes de leurs règles de vie. »

Annexes et liens utiles

Autres articles en rapport sur notre site

http://korczak.fr | http://korczak.info © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 5 décembre 2007, révisée le 1/06/2013)