Logo AFJK

Association Française Janusz Korczak (AFJK)

Avertissement

à l'article de Janusz Korczak de 1933 traitant de la pédophilie

L'article « Au sujet de la sécurité de l'enfant » est à notre connaissance le seul du Vieux docteur sur le thème de la pédophilie, un phénomène qu'il considérait déjà comme très inquiétant en 1933, en Pologne. Korczak fonde ses observations sur l'analyse des seuls cas poursuivis en Justice parmi ceux qu'il a eu à connaître en tant que médecin-conseil expert auprès du tribunal de grande Instance pour enfants de Varsovie, une fonction qu'il a exercé jusqu'en 1936, un jour par semaine.

Après la tragédie des injustices du procès d'Outreau, nous dédions ce texte aux victimes adultes et enfants mais aussi aux professionnels de la Justice, de la Police, et aux spécialistes de l'Enfance maltraitée qui ne manqueront pas d'apprécier — et sans doute de mieux comprendre aujourd'hui — la pertinence de l'analyse et des conseils de l'éminent éducateur.

Notez que cet article comporte des passages difficiles et qu'il n'a pas été écrit ni pour les personnes sensibles, ni pour les enfants.

 

 

Au début de son article Janusz Korczak évoque le « difficile » dossier de l’onanisme, qu’il aurait gardé dans un tiroir pendant des années ? Quel rapport avec la pédophilie et les agressions sexuelles, objet de son article ? Cet amalgame mérite une explication.

D’après ce qu’on avait déjà pu lire et entendre dans les colloques internationaux, il semble que Janusz Korczak considérait l’onanisme (la masturbation) comme un danger potentiel pour l’enfant. Si l’évolution des connaissances l’a complètement contredit depuis, il faut se rappeler que c’était une croyance répandue à son époque qui perdura encore longtemps après la seconde guerre mondiale. En son temps, la Pologne était particulièrement pudique. Dans ce pays profondément catholique, il régnait une profonde hypocrisie et pruderie concernant la sexualité, considérée comme un sujet tabou inabordable. On en verra aussi la trace dans ses allusions à la France et à l’Allemagne qui étaient alors perçus dans l’imagerie populaire comme des pays de débauche où sévissaient des satyres dont les histoires défrayaient parfois la chronique.

En fait Korczak semble mettre au même rang cette « déviation » que représentait à ses yeux l’onanisme avec toutes les autres, telle la pédophilie où il s’agit toujours d’abus et de viols, parcequ’il redoute, notemment dans les cas de séduction sans violences initiales, la capacité de perversion des victimes par l’initiation sexuelle précoce.

Au moins ne se trompe-t-il pas quand il dénonce l’indifférence, la passivité ou encore la tolérance des adultes vis-à-vis des pervers et des prédateurs et quand il dénonce le silence coupable des autorités morales sur la sexualité.

Pour Korczak, l’insécurité des enfants est directement lié au maintien des enfants et des parents dans l’ignorance de ce sujet tabou : « Plus les uns insistent pour obtenir une réponse, plus demeurent silencieux ceux qui ont le droit et le devoir de répondre. En attendant, la problématique n’a pas bougé et le danger augmente »

AFJK (Association Frse Janusz Korczak),
par B.L., 15-03-2006.

 

 

http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 30 mars 2006 - Révisée le 4/08/2009)