Logo AFJK

Association Française Janusz Korczak (AFJK)

Conférence internationale Janusz Korczak
aux Pays-Bas - Compte rendu (2)

 

L’enjeu de cette « Conférence internationale Janusz Korczak pour la jeunesse » était important.

Dès sa préparation Theo Cappon, le président de l’Association Korczak des Pays-Bas, et toute son équipe nous l’avaient annoncé dans leurs différents courriers : il était de notre devoir de s’adresser aux jeunes de 18 à 35 ans : qu’ils soient éducateurs, travailleurs sociaux, enseignants, étudiants, membres d’ONGs, non pour en faire une ségrégation générationnelle, mais pour les encourager à surmonter les difficultés, pour leur faire vivre des pratiques de formation avec des professionnel(le)s impliqué(e)s dans le champ social et/ou interculturel, pour qu’ils puissent réinvestir sur le terrain en fonction des spécificités de leur pays, de leurs institutions.

Pourquoi une telle stratégie ? Theo Cappon s’en est largement expliqué à la fin des rencontres. Ses multiples participations aux activités internationales du mouvement Janusz Korczak lui ont donné à réfléchir sur son devenir, sa stratégie et des questions ont surgi auxquelles il fallait donner des réponses. Pourquoi tant de « têtes blanches » écoutant attentivement les conférences ? Et après, quand ces personnes auront disparu, qui pourra transmettre et construire des démarches, qui pourra faire vivre les idées humanistes de Janusz Korczak ?

 

Ne faisant pas partie de la catégorie « jeune », j’étais curieuse de savoir, comment allait se dérouler un tel projet.

Je dois dire que tout a été à la hauteur des espérances de la jeune équipe dont s’est entouré Theo : l’implication a été totale, à la fois avec sérieux, humour et joie.

L’organisation temporelle a été un élément structurant pour permettre les échanges et les analyses de pratiques, de vivre pleinement les ateliers de création.

Les ateliers aux grandes thématiques nous ont permis, (durant six heures), de vivre des situations et non de recevoir des discours d’experts que l’on écoute religieusement. Les ateliers de création de l’après-midi offraient une variété de propositions. Ils étaient de grande qualité et directement réinvestissables sur le terrain, ils n’avaient rien à voir avec les recettes pédagogiques. Les soirées « Open podium », de par leur caractère participatif avec l’ensemble des participants, nous ont permis de croiser nos expériences, de bâtir des coopérations pour de futurs projets. Leur courte présentation utilisant tous des médias modernes (DVD, CD écrits, revues) laisse le temps aux débats. Il faut souligner que les apports musicaux des un(e)s et des autres stimulèrent notre imaginaire, nous rappelant qu’ils apportent une dimension émotionnelle, culturelle et indispensable à la communication.

Enfin, la prise en charge de la vie quotidienne en autogestion, au sein de cette auberge de jeunesse a construit une grande cohésion du groupe.

Pour moi, ce fut une aventure interculturelle partagée avec 14 pays différents, mais rassemblés sous le signe de la culture de paix, si chère à Korczak. Une expérience qui comptera et interrogera mes pratiques militantes sur le long terme.

Colette Charlet,
(Militante d’éducation nouvelle et d’éducation à la paix)

 

***

http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 6 octobre 2007, révisée le : 15/11/07)