Logo de l'iKAAncien logo de l'iKA

AFJK - Le mouvement Korczak international

L’Association Korczak internationale
Miedzynarodowe Stowarzyszenie im. Janusza Korczaka (MSK)
The Janusz Korczak International Society (IKA)

L'organisation internationale du mouvement Korczak a été marquée par la présidence de Jerzy Kuberski, depuis son origine en 1979 à 2006, date de sa démission pour raison de santé. Après quelques années porteuses, le soutien du gouvernement polonais et ses subventions s'était taris, et l'association internationale n'a jamais pu réellement jouer son rôle de coordination et de soutien que toutes les petites associations Korczak nationales attendaient d'elle.

En 2007, l'Association Korczak internationale a entrepris sa refondation. Une Assemblée générale extraordinaire s'est réunie avec succès à Slubice, en Pologne, le 24 novembre 2006 [compte rendu ici]. En 2008, de nouveaux statuts ont été adoptés. L'article ci-dessous date de 2007. L'évolution plus récente est mentionnée dans la note de bas de page et les documents sont consultables ici (en anglais).

1. Création

L’Association Korczak internationale (IKA ou MSK en polonais) a été créée à Varsovie en octobre 1979. L’initiative en revient à Igor Newerly, un écrivain polonais célèbre qui était très lié à Korczak et dont il avait été le secrétaire pour « la Petite Revue ». Elle est aujourd'hui un lien pour les associations Korczak dans le monde, qui seraient au nombre d'une trentaine.

Cette création était un signal fort pour faire sortir Korczak de l’oubli et pour soutenir en même temps la reconnaissance internationale de son œuvre. 1979 fut l’Année internationale de l’Enfance et d'un colloque international organisé avec un grand succès par l’association française à l’UNESCO. La mobilisation autour de l’IKA a permis aux associations Korczak existantes (en Allemagne, Israël, Pologne et France) de se concerter et de s'organiser pour ajouter à leur devoir de mémoire une mission plus vaste : celle de faire vivre l’œuvre de Janusz Korczak afin qu'elle puisse profiter aux nouvelles générations.

Sur le plan diplomatique, la création de l’IKA a immédiatement favorisé les échanges entre la Pologne et Israël, mutuellement intéressés à contourner le rideau de fer et le blocus soviétique. 1979 fut aussi l’année du formidable succès de l’initiative polonaise auprès de l’ONU pour relancer le processus d'une Convention des droits de l’enfant contraignante pour les États, une initiative placée sous le signe d'un début de reconnaissance de Korczak par son propre pays, au moins sur le plan politique.

Le siège de l’IKA est à Varsovie. Toutes les associations korczakiennes nationales existantes en sont membres, chacune disposant d'une voix. Son président, constamment reconduit depuis le début, fut M. Jerzy Kuberski, ancien ministre de l’éducation et ancien ambassadeur de la Pologne auprès du Vatican, jusqu'à son départ en 2006*. L’équipe dirigeante de l’IKA, réduite à trois personnes, ne dispose plus d'aucun moyen financier propre depuis la chute de l’empire soviétique.

2. Financements et
activités de l’IKA

Les subventions reçues les premières années avaient été employées à l’organisation de colloques internationaux réunis chaque année avec un grand succès à Varsovie et à la réalisation de la seule statue de Janusz Korczak dans cette ville : celle du cimetière Juif, dont la rénovation a été entreprise en 2002 (à l’initiative de l’Association Korczak suédoise).

Depuis 1990, il a été décidé de concert, au cours d'une réunion des associations Korczak à Varsovie, que le financement de l’IKA serait sous le contrôle d’une fondation Korczak internationale siégeant à Genève.

Une Fondation internationale Janusz Korczak a bien été créée mais sous un régime de droit privé Suisse. De façon fort surprenante, ne purent alors siéger à son Conseil d'administration que les représentants des associations Korczak les plus riches et de (rares) généreux donateurs, capables de payer un ticket d'entrée très élevé. Il s'agissait à l’évidence d'une situation aussi insatisfaisante que transitoire.

Malgré toutes ces préventions, les financements semblent s'être rapidement taris et, pour ce que nous avons pu en savoir, chacun dut continuer à se débrouiller seul, y compris Korczakianum.

La fondation Korczak suisse s'est rapidement consacrée à une seule tâche, qu'elle a menée à bien : l'édition des Œuvres complètes scientifiques de Janusz Korczak : Korczak Dziela.

De fait, il est notoire que l’IKA n'a encore jamais pu fonctionner comme la grande association internationale et démocratique qu'elle a pourtant vocation à devenir et il est certain que beaucoup d'efforts devront encore être faits, notamment sur le plan de la démocratie interne et du financement pour parvenir à s'émanciper sur le modèle d'une véritable O.N.G. (Organisation Non Gouvernementale reconnue par l’Organisation des Nations Unies).

Bernard Lathuillère,
(article rédigé en 2007)


Prenant acte du départ de M. Kuberski, la réunion du 24 novembre 2006 à Slubice a nommé une nouvelle présidente intérimaire, Batia Gilad (Israël), avec la mission de préparer une nouvelle Assemblée générale fin 2007 consacrée au problème de la réfondation de l'IKA. Cette seconde réunion s'est tenue en Allemagne à Mannheim. Elle a élu Batia Gilad présidente, un nouveau Bureau, un Comité de surveillance, choisi un nouveau siège social toujours à Varsovie et ébauché de nouveaux statuts. Une troisième réunion s'est tenue depuis en Israël, fin 2008 (compte-rendu en attente).

http://korczak.fr | afjk.org © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Mars 1999 - Dernière révision : 12-02-2009)