Logo AFJK

Association Française Janusz Korczak (AFJK)

Visite de Korczakianum, le Centre international
des archives de Varsovie

 

 

Korczakianum dans les locaux de la Maison des OrphelinsKorczakianum est situé au premier étage de Dom Sierot, l’orphelinat construit et habité par Korczak. Dans un bureau modeste, sous-équipé, sans fax ni ordinateur, on découvre une documentation de tout premier ordre : toutes les archives sur l’histoire et l’œuvre du grand éducateur sont rassemblées, entretenues et étudiées en ce lieu. Marta Ciesielska, la directrice des lieux, y reçoit toujours très régulièrement des chercheurs du monde entier. Son accueil est toujours aussi chaleureux.

Depuis sa création en 1992, l’importante activité de recherche du centre ne repose que sur une toute petite équipe bénévole, avec un seul salarié à plein-temps. C'est pourtant cette équipe, sous la direction effective de Marta Ciesielska, qui réalise à partir de l’analyse de ces archives, année après année, la publication des Œuvres complètes Korczak Dziela.

La visite des lieux nous a toujours laissé l’impression d'un travail formidable réalisé par quelques bénévoles experts et passionnés, dans la plus grande précarité de moyens ; et un grand sentiment d'inquiétude devant un fonds documentaire d'une telle valeur scientifique et historique aussi mal loti.

Quels sont donc les documents préservés ici ? Il s'agit des publications, des articles de journaux, des textes historiques signés de la main de Korczak, auxquels s'ajoutent les récits des témoins, les travaux et mémoires envoyés par leurs auteurs. Parmi les archives historiques, les exemplaires de la Petite Revue, tous sauvegardés, ne sont pas présents. Ils sont eux soigneusement archivés à l'Académie des Sciences. On peut toutefois les consulter sur place sur microfilm au moyen d'une antique visionneuse.

Jusqu'en 2005, on pouvait consulter là aussi toutes les photos d’archives de Janusz Korczak, classées au total en quatre cents items, rangées dans de simples classeurs avec de simples références manuscrites.

 

Mémorandum

En août 2000, les frais de fonctionnement du centre n’étaient en effet assurés que de façon provisoire par un sous-service d’un ministère polonais peu concerné : le Ministère du… Travail. Korczakianum ne disposait pas des moyens de gestion nécessaires à la mise en valeur du patrimoine exceptionnel qui y est réuni, et dont la Pologne, la patrie de Janusz Korczak, bénéficie directement sur le plan culturel.

En 2003, les choses semblaient s'être s'améliorées. Korczakianum était passé en 2001 sous la tutelle du Musée Historique de la ville de Varsovie dont il est devenu un département. Mais il n'était toujours pas mieux équipé matériellement, ni en personnel. C'est pourquoi nous avons maintenu notre appel à contribution, à la recherche de dons financiers et en équipement informatique.

En 2005, l'amitié du Chef d'orchestre Hugues Reiner nous a donné l'opportunité de participer à l'organisation d'un concert privé donné à Varsovie par une société française au profit de Korczakianum et d'une autre association polonaise, la Fondation Zielone Domy. C'est ainsi que le 29 avril, Hugues Reiner et Wanda Albinska qui nous représentaient ont eu le plaisir de remettre le fruit de la collecte à Marta Ciesielska.

Le 1er juin 2006, notre visite nous a laissé un profond sentiment de malaise, avec la triste impression d'assister à la braderie du patrimoine de Janusz Korczak… à travers deux surprises de taille :

L'édition polonaise des Œuvres complètes composée à ce jour de 12 volumes, dont nous achetions et collectionnions précieusement les exemplaires un à un au fil des ans est maintenant offerte en lot à qui en fait la demande ! Faute de temps, c'est-à-dire de faute d'une implication suffisante de l'État Polonais, les travaux de recherche et de rédaction semblent suspendus. En fait, ils se poursuivent à un rythme de sénateur et sans éditeur. La première édition, de qualité médiocre et qui n'a jamais été correctement distribuée est désormais jugée sans valeur…

Les photos : il n'est plus possible d'en voir une seule ! Sous réserve de nos difficultés de compréhension car on ne peut s'exprimer ici qu'en polonais ou en allemand, notre hôte nous a révélé que le fonds iconographique patrimonial polonais de l'histoire et de l'œuvre de Janusz Korczak avait été transféré en Israël, dans le centre des archives korczakiennes du Kibboutz Lohamei Haghetaot, hébergé par le musée de la mémoire de la Shoah. Devant notre étonnement de voir ainsi la Pologne dessaisie de son patrimoine — sans information ni consultation des associations du mouvement Korczak international et de l'Association Korczak Internationale (IKA, malheureusement en panne depuis des années), il nous est répondu que ce n'était pas un problème puisque toutes les photos sont supposées être en ligne sur le site israélien… Vérification faite, l'accès en est soit impossible, soit réservé. Les universitaires, les scientifiques, la population polonaise et les politiques apprécieront…

En 2008, cela semble aller mieux. Un nouvel éditeur a été trouvé, de nouveaux tomes de Korczak Dziela ont pu être achetés (t. 12 et 13), ainsi que d'autres productions littéraires récentes. Rien n'a changé dans les locaux et il n'y a toujours aucune photo d'archives à Korczakianum. Toutefois, l'Association Korczak internationale a entrepris une complète refondation ce qui est signe d'espoir.

Bernard Lathuillère, été 2008
(rédigé au fur et à mesure de nos visites).
http://korczak.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Septembre 2000 - Dernière mise à jour : 06-2008)