Logo AFJK Logo de l'iKA

Association Française Janusz Korczak (AFJK)

Visite des Associations Korczak
de Russie - 15-25 mars 2007

par Bernard Lathuillère

 

Roza Valeyeva et ses étudiants à Kazan
Roza Valeyeva, doyenne de la Faculté de psychologie de l’Université d’État Tatare des sciences humaines
et présidente de l’Association Korczak de Russie, dans son bureau et avec les jeunes korczakiens

Le mouvement Korczak russe se distingue par son dynamisme et sa vitalité au sein du mouvement Korczak international. Les jeunes y sont nombreux, les applications pratiques sont très diversifiées, souvent en lien avec l’université, inscrites dans la durée et toujours directement profitable aux enfants et aux adolescents. Dans ce vaste pays, chaque grande ville a sa propre association, autonome, aux activités très différentes.

Compte rendu d’une tournée dans les associations Korczak russes à Kazan, Moscou et Saint-Pétersbourg, par le coprésident de l’AFJK, à l'occasion de sa participation au séminaire international de Kazan, sur invitation de Roza Valeyeva, présidente de l’Association Janusz Korczak de Russie.

Le mouvement Korczak a commencé à se développer en Russie à partir de la création de l’Association Janusz Korczak de la fédération de Russie en 1992. Nous avions participé cette année-là avec une forte délégation française et de nombreux autres collègues venus de l’étranger à son colloque international fondateur de Souzdal, près de Moscou qui avait été animé et parfaitement organisé par un groupe d’étudiants particulièrement actif, nombreux et enthousiastes.

Depuis cette époque, malgré les difficultés de communication, les nouvelles reçues n’ont pas cessé de témoigner d’une activité régulière particulièrement dynamique des diverses associations russes nées de ce mouvement[1]. Quinze ans plus tard, l’invitation de la présidente de l’Association Korczak de Russie et du Tatarstan, Roza Valeyeva à participer à son séminaire international à Kazan, a été l’occasion de voyager dans le pays et de rencontrer sur place nos collègues korczakiens.

Nous avons à chaque fois été chaleureusement accueillis par les présidentes de ces associations, leurs familles et leurs amis, dans les conditions les plus amicales : Roza Valeyeva et ses étudiants à Kazan pour une passionnante rencontre de cinq jours, Elena Levina à Saint-Pétersbourg avec l’équipe de son « Centre de tolérance » engagée dans la défense des droits humains, et Irina Demakova à Moscou avec les animateurs d’une exemplaire colonie de vacances korczakienne.

 

À KAZAN, au TATARSTAN[2]

Instantanés du séminaire Korczak de mars 2007

L’association Korczak a été fondée en 1992 à l’Université d’État Tatare des sciences humaines et des sciences de l’éducation. Son activité repose sur l’implication des étudiants de la Faculté de psychologie et de leur professeure Roza Valeyeva qui en est la Doyenne.

Les étudiants qui se reconnaissent comme korczakiens animent une association universitaire dynamique et chaleureuse, « The Kazan Youth Korczak Society », qui dispose d’une petite salle Korczak aménagée à ses couleurs pour ses réunions au sein de l’Université et dont la représentante actuelle est Nastia Makhucha. L’association a reçu l’Oscar et le diplôme 2005 de l’association de jeunesse la plus appréciée du pays.

Avec l’aide de Roza et de ses collègues enseignants, les étudiants organisent notamment tous les deux ans des séminaires thématiques sur l’actualité de la pensée de Korczak qui attirent des étudiants de toute la Russie. Mais le plus impressionnant est sans aucun doute leur collaboration régulière avec deux établissements éducatifs. Comme nous avons pu le constater au cours d’une visite faite avec eux, l’implication des étudiants est importante tout en restant très joyeuse et source de plaisir. L’aspect collectif de leur visite de groupe tous les mois, tout un dimanche de fête, de spectacles improvisés et de jeux partagés, et en même temps leurs relations personnelles avec les enfants dont ils sont un peu les « grands frères » et les « grandes sœurs », avec l’écoute individuelle qu’ils leur accordent, forment un cadre valorisant porteur d’enrichissement mutuel.

Cette possibilité donnée aux étudiants de s’impliquer avec facilité dans une démarche éducative responsable et solidaire tout au long de leurs études (soit de 17 à 25 ans) est sans doute l’une des clés du dynamisme de cette association et de son renouvellement sans difficultés d’année en année. Quand on demande à Roza comment elle a fait pour susciter un tel intérêt pour Korczak et un tel engouement de la jeunesse pour les activités de l’association, elle insiste en effet beaucoup sur l’importance de favoriser leur évolution personnelle et la dynamique de groupe par l’investissement de pratiques et de projets, par les rencontres et la réflexion collective.

Roza nous a raconté comment elle avait introduit dans son programme l’enseignement des objectifs pédagogiques de Janusz Korczak à la suite d’un voyage d’études de plusieurs mois dans les archives de Korczakianum à Varsovie. Elle avait pensé aussi à inviter les directeurs de tous les orphelinats du pays à participer à ses colloques et séminaires sur Korczak. Des liens se sont créés qui ont finalement ouvert à ses étudiants de nouvelles possibilités concrètes de relier la théorie à la pratique, au bénéfice de tous.

Aujourd’hui, avec le même enthousiasme qu'au début, Roza Valeyeva consacre toujours beaucoup de son temps et de son énergie à soutenir aussi bien ses étudiants que les associations Korczak tatare et russe, une charge bien souvent partagée en famille avec Agzam son mari et ses deux enfants Timur et Lili.

***

 

À SAINT-PÉTERSBOURG

L’Association Korczak est organisée en deux branches parallèles et complémentaires :

Le Centre de Tolérance de Siant-Pétersbourg

En 2002, Elena Levina, enseignante retraitée, a créé un Centre culturel et informatique, appelé « Centre de Tolérance », installé dans les locaux d’une bibliothèque centrale d’arrondissement. Ce centre développe depuis une activité très régulière et exemplaire dans le domaine de l’action sociale et culturelle sous la direction d’Alla Gurvich. Avec sa petite équipe de bibliothécaires et avec l’aide de l’équipe pédagogique de deux importants lycées impliqués (l’École 26 et le Gymnase 330), le Centre organise des cours, des expositions et des séminaires en mobilisant à chaque fois des enseignants, des psychologues, des responsables politiques et les responsables des diverses communautés de la ville.

Ici la jeunesse korczakienne n’est pas nombreuse, quoique pourtant parfaitement représentée, mais nous avons rencontré une équipe de professionnels bien organisée et très motivée.

***

 

À MOSCOU

Irina Demakova à Moscou

L’association moscovite est représentée par Irina Demakova, Vice-présidente de l'Association Janusz Korczak russe, professeur de pédagogie, directrice de recherche et chargée de mission à l'Académie du perfectionnement et de la formation continue des cadres pédagogiques de Fédération de Russie (un établissement comparable en France à l’Institut national de la recherche pédagogique).

Personnalité très attachante et conférencière recherchée, et accessoirement auteur-compositeur-interprète de chansons traditionnelles à la guitare, Irina Demakova est une figure historique du mouvement Korczak russe.

Son association ne compte plus beaucoup de membres, son nouveau statut de chargée de mission l’ayant privée de ses étudiants qui en constituaient la base traditionnelle. Mais cette situation a aussi ses avantages. Chargée de mission, Irina voyage maintenant dans toutes les villes du pays pour organiser des rencontres et donner des conférences avec les responsables des différentes académies. À chaque fois, elle prend le temps de consacrer une conférence à une présentation de l’héritage de Janusz Korczak qui suscite toujours beaucoup d’intérêt et une affluence importante, même au fin fond de la Sibérie. Elle aide à organiser la création de nouvelles associations Korczak dans des villes de province reculées et participe à l'organisation de présentations et de séminaires.

À Moscou, Irina organise des réunions ou des séminaires pédagogiques comme celui du 14 décembre dernier à destination de 150 enseignants venus de tout le pays écouter les conférences sur Korczak données avec ses collègues des trois autres associations présentées ici, au cours duquel eût lieu la présentation officielle d’un numéro spécial sur Korczak d’une revue pédagogique préparé avec l’aide de Theo Cappon et de nombreux auteurs russes et étrangers.

Irina organise aussi tous les ans les séminaires de formation des animateurs du camp d’été « Nash Dom ». À la création de l’association en 1991, à la recherche d’un terrain d’application pour mettre en pratique les idées de Korczak, Irina et ses étudiants de l’époque se sont investis dans la création d’une colonie de vacances korczakienne d’été sur les bords de la mer noire. Leur idée était de réunir ensemble des enfants handicapés et des enfants de diverses conditions sociales, dans le cadre émancipateur et intégrationniste d’une petite république korczakienne. Le succès de leur initiative leur avait rapidement valu le soutien actif de l’Association Korczak des Pays-Bas, sous la forme d’un véritable partenariat et pour les deux associations, le camp d’été « Nash Dom » est devenu un projet phare. Il accueille chaque année depuis 14 ans pendant trois semaines 80 à 100 enfants de 7 à 17 ans dont un groupe d’enfants aveugles des deux pays et c’est sans doute l’une des plus belles nouvelles institutions Korczak modernes jamais créées au niveau international.

Nous avons pu rencontrer un groupe d’animateurs de cette colonie. Anciens étudiants d’Irina ou anciens bénéficiaires en tant qu’enfants ou adolescents de la colonie, ils en sont devenus à leur tour les encadrants et quelques années plus tard ils prennent à leur tour en charge la formation des nouveaux animateurs recrutés chaque année, en assurant ainsi magnifiquement la transmission de la démarche korczakienne culturelle et éducative du camp. Ils seraient déjà plus de 200 jeunes à s’être ainsi formés, et avoir acquis une expérience unique.

-

La Maison Korczak de Moscou
Дом Корчака в Москве
(Addenda)

Logo du Portillon Vert, dans la Maison Korczak de Moscou

Un autre projet phare des débuts de l’association de Moscou avait été celui de la fondation d'une Maison d’enfant Korczak-Dolto de Moscou. Créée à l’initiative d’Olga Medvedeva et d’Olga Varpakhovskaia avec le soutien de la Ville de Moscou et l’aide financière de la ville de Genève et de l’Association Korczak suisse, la  « Maison Korczak » s’était peu à peu équipée d’un jardin d’enfants, d’une structure d’accueil des enfants handicapés et d'un lieu d'accueil pour la Petite enfance appelé « Le Portillon Vert » ouverte en 1995 qui a acquis depuis une belle notoriété comme en atteste son site Internet créé en 2003.

Cette « Maison verte » est une structure innovante directement inspirée des travaux de la psychanalyste Françoise Dolto, la première en Russie. Elle fonctionne comme un Centre de socialisation précoce pour les enfants de zéro à quatre ans qui y sont accueillis anonymement de 12 à 18 heures, selon des règles précises et dans le respect des droits de l'enfant (point commun avec l'héritage de Janusz Korczak). Fruit de la collaboration du Bureau central de l'Éducation de la ville de Moscou et de l'Association Korczak russe, Le Portillon Vert est dirigé depuis sa création par Olga Varpakhovskaia. En juin 2007, son équipe organise un nouveau colloque intitulé : « Discours du corps » avec la participation de Catherine Dolto et de Caroline Eliacheff, avec le soutien de l'Ambassade de France et du Centre Culturel français de Moscou.

Notre association française se réjouit de ce succès, d'autant qu'elle avait eu le plaisir de soutenir le projet à l'origine, notamment en créant les liens nécessaires avec les responsables français du mouvement Dolto. Pour autant, il semblerait que l'ambitieux projet initial d'une Maison Korczak-Dolto, réunissant le meilleur des deux grands Médecins de l'éducation dans des structures d'accueils complémentaires, une sorte de grande Maison de l'Enfance installée sur plusieurs étages, ait été abandonné depuis plusieurs années. Les financements et les motivations se sont taris, mais on peut encore lire sur cette page (en russe) l'histoire de cette belle utopie !

***

 

KOURSK

Anya présentant l'activité Korczak à Koursk

Nous ne sommes pas allés à Koursk mais il n’est pas possible d’achever cette présentation sans évoquer cette association tant nous en avons entendu parler, tant elle est connue aussi bien par sa présidente le Dr Tatyana Tsyrlina, professeure à l’Université, que par ses étudiants.

Outre le passionnant récit que nous avait envoyé récemment Tatyana sur l’histoire de son association et publié depuis sur « korczak.info », nous avons rencontré à Kazan sa représentante étudiante, Anya Savranskaya, venue faire un exposé de leurs activités avec un support vidéo particulièrement réussi.

Si elle ressemble à celle de Kazan, cette association universitaire a comme caractéristique « historique » l’implication des étudiants korczakiens de l’Université d’État dans le service d’oncologie pédiatrique de l’Hôpital. Ils apportent à ces enfants gravement malades et affaiblis une précieuse aide psychologique par leur écoute et par leur présence soutenante, mais bien plus encore, ils les amènent à découvrir leurs talents et à les développer, ou à exprimer leur potentiel créatif, par le jeu et au cours de mémorables soirées de fête organisées dans le service.

Les étudiants korczakiens de Kursk interviennent aussi dans les crèches, les jardins d’enfants et les écoles maternelles de la ville. Ils organisent des soirées adaptées aux jeunes enfants de 3 à 6 ans avec l’objectif de lutter contre leur solitude et de contribuer à leur garantir une enfance heureuse. Ils apprennent en même temps beaucoup sur les difficultés de la vie des jeunes enfants.

Anya et ses camarades font aussi avec les ados de la prévention contre la drogue et ils organisent une fois par an une bibliothèque publique. Et ce n’est pas tout ! Parmi leurs initiatives récentes, ils sont très fiers de raconter l’histoire de leur découverte d’un jeune poète aveugle âgé de quinze ans dont le talent les avait conquis. En rassemblant ses poèmes épars et en les recopiant ils ont pu le faire publier. Son livre a rencontré un grand succès qui lui a apporté l’argent qu’il rêvait d’avoir pour pouvoir à son tour aider utilement sa famille.

 

***

C'est ainsi que cette tournée de dix jours nous a beaucoup appris sur la vivacité du mouvement Korczak russe qui a ceci de particulier que chaque ville a sa propre association avec des activités très différentes. Les quatre grandes associations du pays sont présidées par des femmes, enseignantes ou professeures d’université, dont les étudiants sont (sauf à Moscou) très actifs et dynamiques. Malgré leurs différences et les longues distances, elles se connaissent bien entre elles et leurs membres se retrouvent chaque année à l’occasion de séminaires de formation ou de l’organisation du camp d’été Nash Dom.

L’implication des jeunes korczakiens dans des projets concrets directement utiles aux enfants et le niveau des activités choisies est aussi tout à fait remarquable. Les projets des jeunes korczakiens russes sont tous pensés non pas sur un plan humanitaire mais sur un plan égalitaire de reconnaissance de la personnalité, du talent et des capacités de chacun. Ils sont émancipateurs et facilitent l’intégration. Ils sont porteurs d’action éducative autant que d’action sociale et défendent les droits de tous les enfants. Enfin, la question de l’origine ou de l’appartenance culturelle et religieuse, quelle qu’elle soit, est non-discriminante et tous les milieux semblent représentés.

De notre côté, chacune de nos visites fut l’occasion de présenter à nos hôtes l’histoire et l’activité de l’association Korczak en France, avec le support d’une projection vidéo et d’une sélection de documents susceptibles de les intéresser. Les débats en réunion et le rythme soutenu de nos rencontres et de nos échanges ont permis de faire beaucoup mieux connaissance. Nous sommes très reconnaissants à nos hôtes de l’accueil qu’ils nous ont partout réservés. Fait notable qui en témoigne, il fut possible dans chaque lieu de contourner les barrières de la langue et de mettre en place des possibilités de contacts ultérieurs grâce au concours de professeurs et d’étudiants en français.

Nous sommes repartis impressionnés par la vitalité et l’actualité de la pensée de Korczak en Russie et enrichis de la belle aventure humaine et de la découverte touristique du pays que ce voyage de dix jours a représenté.

Bernard Lathuillère, 22 mai 2007
Crédit photo © AFJK et Timur Valeyeva (photos avec le suffixe "_tim")

 


[1] L’Association Janusz Korczak en Russe a été fondée en 1992 par Olga Medvedeva qui a depuis émigré au Canada (ou elle a réactivé l’association Korczak). Elle avait pu compter à l’époque sur le soutien actif de feu le professeur Vladimir Halpérin et de l’Association Korczak suisse dont il était le président. Roza Valeyeva, présidente fondatrice de l’association tatare, en est la présidente actuelle depuis 2002. Depuis une dizaine d’années, l’Association Korczak des Pays-Bas particulièrement active elle aussi, et son président Theo Cappon, en sont devenus les partenaires privilégiés, en plus de la co-réalisation annuelle du camp d’été Nash Dom.

[2] Kazan est une ville millénaire d’1,5 million d’habitants située à 850 km au sud-est de Moscou, sur la Volga. C’est la capitale de la République du Tatarstan, une république autonome de 4 millions d’habitants rattachée à la fédération de Russie, et un centre culturel et universitaire important qui compte cinq théâtres, une salle de concert, quinze universités et un Kremlin de toute beauté.

 

 

Pour en savoir plus…

• Sur l’histoire et la perception de l’influence de Janusz Korczak en Russie, on pourra se reporter à une remarquable conférence d’Olga Medvedeva intittulée : « Janusz Korczak: Bridging the Nations (abridged) », publiée dans le n° 18 de la Lettre d’information du mouvement Korczak international (sur « korczak.info »).

• Sur l'histoire et l’actualité de l’Association Korczak de Koursk, un article récent de Tatyana Tsyrlina intitulé : « Janusz Korczak Society in Kursk: Teacher Education Students in Russia », en anglais, très complet, par la présidente fondatrice de cette association.

• Sur l'histoire du jeune poète de Koursk, une lettre de deux étudiants korczakiens de cette ville nous en faisant le récit (en anglais) et joignant l’un de ses si beaux poèmes intitulé : « Russian nightingale ». See « Greeting from Kursk », par Anya Savranskaya et Alexandra Grigorjeva.

• Sur l'actualité du mouvement Korczak russe, le précédent compte rendu du voyage en Russie de Theo Cappon à Saint-Pétersbourg, Moscou et Oriol, en avril 2006, dans cette même International JK newsletter n° 17.

***

• Ce compte rendu sera complété avec la présentation des différents matériels documentaires, artistiques et humoristiques rapportés des trois villes visitées, tels un magnifique vieux film russe du roi Mathias Ier fait de marionnettes de toute beauté.

L'annonce et le résumé de cet article sont disponibles en anglais sur la newsletter n° 22 du mouvement Korczak international.

Adresse (URL) de cette page, pour un affichage libre ou transmission par e-mail :
http://korczak.fr/m3monde/russie/cr_ass-korczak-russie_03-2007.html
http://korczak.fr | afjk.org © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée le 25 mai 2007 - Révisée le : 24 septembre)