2003 - Conférence internationale à Kazan, TATARSTAN

« La pédagogie Korczak en regard des problèmes contemporains de l’éducation »
du 28 au 30 mai 2003 à KAZAN

par Helma Brouvers, Association Korczak des Pays-Bas,
Traduction AFJK.
Lire l’article original en anglais.
Le programme du colloque (traduit)

 

Le succès du récent colloque international réuni à Kazan[1], au Tatarstan, vient nous rappeller l’intérêt actuel des enseignants et des éducateurs des pays de l’ancienne Union Soviétique, Russie comprise, pour les idées novatrice de Janusz Korczak confrontés à des problèmes pédagogiques et éducatifs globalement bien plus violents que les nôtres depuis la fin des prises en charge collectivistes, ô combien sécurisantes.
Il faut savoir que c'est dans ces pays qu'on trouve maintenant les initiatives et les associations Korczak parmi les plus actives et les plus directement utiles aux enfants en difficulté.
Nous avons traduit pour vous le compte rendu d'Helma Brouvers, membre de la délégation à ce colloque de l’Association Korczak des Pays-Bas, dont l’article a été publié en anglais dans The Janusz Korczak International newsletter, le 26 novembre 2003 (cf. lien ci-dessus).

 

 

Pour ce colloque, la présidente de l’Association Janusz Korczak de Russie, la professeure Roza VALEJEWA[2], avait invité des personnes de plusieurs régions de Russie et d'Europe à venir discuter de la pédagogie Korczak et problèmes contemporains de l’éducation.

La conférence était organisée par l’Université d’État des Sciences de l’éducation de Kazan (The Kazan State Pedagogical University), l’Association Janusz Korczak russe et le ministère de l’éducation de la République du Tatarstan.

Le recteur de l’université de Kazan, le professeur Ruzal Yusupov, et Roza Valejewa nous avaient préparé un accueil chaleureux à l’université qui est située dans l’un des plus beaux vieux bâtiments de la ville de Kazan.

Nous avons rencontré Édith Yanushevska, de l’Institut d’éducation spécialisée de Varsovie, Vadim Komarov, directeur d’un internat à Otradny, Nina Lipskina de l’Université pédagogique de Perm et Gregory Tvavinikov, proviseur d'un lycée de Kazan.

Le premier jour de la conférence, les conférences étaient centrées sur ce que chacun d’entre nous pouvait retirer des propositions de Korczak dans notre travail d’enseignant et d’éducateur.

Une centaine d'étudiants de Roza écoutait soigneusement et s’adressait à nous avec toutes sortes de questions pendant les coupures. Et fort heureusement nous avons eu nous aussi la possibilité d’interroger et d'échanger expériences et idées avec tous les intéressés [fin de phrase intraduisible : inspiring people later that day].

La Télévision de Kazan était présente. À la tombée de la nuit, nous avons pu voir Roza expliquant l’importance de Janusz Korczak à la télévision. En nous interviewant, les journalistes se sont montrés particulièrement intéressés de connaître notre opinion d’occidentaux au sujet du placement des enfants en internat ou en foyer d’accueil, une pratique plus courante en Russie que, par exemple, aux Pays-Bas.

La journée s’est achevée par une excursion en ville : le Kremlin admirablement reconstitué, les nombreuses mosquées, les rues commerçantes modernes. Nous avons tous été enchantés par l’atmosphère amicale de Kazan ! Les cent étudiants de Roza nous avaient préparé un grand dîner nocturne. Nous avons fini la soirée avec des chansons russes et en dansant.

Le lendemain, la visite aux enfants de la Maison d’enfants de Layishevky, à environ 50 kilomètres de Kazan, fut certainement la partie la plus intéressante du colloque. Les enfants nous ont souhaité la bienvenue en nous offrant leurs propres pâtisseries. L’un des professeurs de l’établissement nous a ensuite magistralement présenté l’histoire de la maison. D'autres responsables de Maisons d’enfants étaient également présents. Ils ont discuté de la manière de travailler avec des enfants parfois en situation extrêmement difficiles. Et, pour sûr, les problèmes auxquels ils sont, avec les enfants, parfois confrontés en Russie de nos jours sont loin d’être comparables aux problèmes éducatifs que nous rencontrons dans le monde occidental. J'ai admiré l’énergie, l’optimisme et l’approche toujours très humaine que ces éducateurs ont montrée ! Avant notre départ, nous avons eu l’occasion de jouer, aux jeux les plus divers, avec les enfants de Layishevky. Un jour parfait et studieux !

La journée s’est conclue dans la grande salle de concert de Kazan, où le maire nous a souhaité la bienvenue, avant un merveilleux concert.

Le dernier jour du colloque, Roza a projeté pour les étudiants autant que pour nous un [nouveau] film documentaire sur Korczak et les enfants : un cadeau de l’association Korczak israélienne. Et, naturellement, la visite de Kazan n'aurait pas été complète sans un voyage en bateau sur la Volga. Beaucoup d'étudiants nous ont rejoints. Nous avons eu tout le temps de faire mieux connaissance pendant que le bateau nous emmenait à l’île de Sviyansk et au-delà.

Toutes les contributions à cette conférence ont été publiées dans les Actes du colloque, intitulés : Janusz Korczak’s pedagogy and contemporarily problems in education (La pédagogie de Janusz Korczak en regard des problèmes contemporains de l’éducation).

Ce fut une grande expérience d’être à Kazan et de voir tant de jeunes et d'éducateurs si enthousiastes pour les idées de Korczak. Aussi pour rencontrer Roza Valejewa à la fois en grande organisatrice et comme source d’inspiration pour tant d'étudiants et d'éducateurs à Kazan, au Tatarstan et dans beaucoup d'autres régions de Russie.

Helma Brouwers,
Membre de l’Association Janusz Korczak des Pays-Bas.

 

 

 

______________________

Notes

[1]KAZAN est une ville ancienne d’1,5 million d’habitants située à 850 km au sud-est de Moscou, sur la rive gauche de la Volga. C'est la capitale de la République du Tatarstan et un centre culturel important qui compte cinq théâtres, une salle de concert, quinze universités.

[2]Prof. Dr hab. Roza VALEJEWA, présidente de l’Assocation Russe depuis 2002. Noter que son nom original en cyrillique est parfois traduit, comme ici dans le texte néerlandais, par WALEYWA. Nous en tenons à l’intitulé de sa carte de visite bilingue, franco-russe.

http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
Traduction AFJK-BL, 31 mars 2004