Annuaire de l’AFJK - Sélection de liens
Les génocides d'hier et d'aujourd'hui
Enquêter et réagir | Impunité | La Shoah et les tribunaux internationaux
Retour au Carnet de liensCréer un lien vers notre site

 

« Faut-il débattre sans fin pour déterminer si tel ou tel grand massacre mérite l’appellation de génocide ? Ne vaut-il pas mieux rechercher les points communs à tous ceux qui se sont produits à travers l’histoire ? De Gengis Khan à Pol Pot, des Indiens d’Amérique du Sud à ceux d’Amérique du Nord, en passant par l’Ukraine affamée par Staline et jusqu’à l’horreur du Rwanda. Expliquer ce qui fait basculer les sociétés humaines dans l’horreur, c’est les aider à résister ». [Le monde diplomatique, dossier no 76].

 

 

Enquêter et réagir

  • Les génocides dans l’histoire [no 76 août/septembre 2004]
  • Un grand dossier de Manière de voir (Le monde Diplomatique). Voila une publication de référence, un document indispensable à se procurer en librairie ou à commander sur le site du journal. Ce dossier très complet lève les voiles, rappelle et analyse toutes les tragédies connues et méconnues. Il nous permet aujourd'hui de compléter cette page, mieux que nous n'aurions jamais pu le faire seuls. Merci à ses auteurs.
    • Le dossier en ligne donne accès à un complément d'enquête augmenté avec de multiples liens et références utiles, parmi lesquelles tous les sites dédiés aux autres génocides et crimes contre l'humanité de l'histoire (ordre alphabétique) : Aborigènes ; Amérindiens ; Arméniens ; Bosnie-Herzégovine ; Cambodge ; Congo belge ; Madagascar ; Namibie ; Rwanda ; Timor Oriental ; Tziganes ; Ukraine. — Et cette liste est encore incomplète…
  • Prévenir génocide international
  • 1,5 million d'Arméniens, 3 millions d'Ukrainiens, 6 millions de Juifs, 250 000 de Tziganes, 5 millions de Slaves, 25 millions de Russes, 25 millions de Chinois, 1 million d'Ibos, 1,5 million de Bengalis, 1,7 million de Cambodgiens, 250 000 Burundis, 500 000 Ougandais, 2 millions de Soudanais, 800 000 Rwandais, 2 millions de Coréens du Nord, 200 000 Bosniaques.
  • « Pendant le dernier siècle, des génocides et autres massacres de masse ont exterminé plus de personnes que toutes les guerres réunies. "Plus jamais ça" est devenu "Encore et encore". Encore et encore, les réponses qui sont apportées aux génocides arrivent trop faibles et trop tardives.
  • Pendant le génocide arménien et l'Holocauste, la réaction du monde fut la négation. En 1994, alors que 800 000 Tutsis au Ruanda étaient en train de mourir, les avocats du Département d'État débattaient pour savoir s'il s'agissait bien d'un génocide, tandis que le Conseil de Sécurité de l'ONU retirait les forces de maintien de la paix qui auraient pu sauver des centaines de milliers de vies.
  • Le génocide est la violation des droits humains la plus grave qui existe. Mais cette violation n'est pas comme les autres, et les réponses nécessaires ne sont pas les mêmes. Un génocide est presque toujours mené par les forces militaires et policières du pays même, aussi est-il inutile d'espérer que ces mêmes forces s'y opposent. À cause de l'absence d'une force de réaction rapide internationale, de la paralysie ou du manque de volonté d'agir de la part de l'ONU, le génocide continue à avoir libre cours.
  • La Campagne Internationale pour mettre fin aux génocides a vocation d'être un collectif international visant la création des instances internationales et à l'instauration d'une volonté politique en vu de mettre fin, une fois pour toutes, aux génocides. »
  • Prévention Génocides [site en rénovation début 2005]
  • ONG fondée en 1999 par un groupe de sociologues et de chercheurs en Sciences humaines. Face à l'émergence partout dans le monde des replis identitaires et des idéologies de la « pureté » (ethnique, religieuse, politique), qui peuvent très facilement déboucher sur des épurations ethniques voire des génocides, ces chercheurs se sont mobilisés autour de trois objectifs : la recherche, la détection des situations à risque, la prévention.
  • Crimes contre l'humanité
  • Le centre interdisciplinaire « Droits fondamentaux et lien social » de la faculté de droit de l'Université Notre-Dame de la Paix de Namur (Belgique) propose une analyse scientifique critique de tous les concepts liés à la notion encore mal définie de Crimes contre l'humanité, autour d'une banque de données très complète : législations et jurisprudences, points de doctrine, index thématique… Un site original de ressources.
  • « Les jugements des Tribunaux internationaux sont peu ou pas accessibles tant aux nationaux qu'aux étrangers, professionnels ou non du secteur judiciaire. Il nous a semblé impératif d'essayer de collecter ces décisions, de les traduire, de les analyser et de les publier une fois indexées sur ce site. Ces décisions sont assorties de mots-clés élaborés par une équipe de chercheurs afin que le public, juriste ou pas, ait enfin accès à ces décisions ».
  • Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH)
  • Présentation des actions du Groupe d’Action judiciaire (GAJ) de la FIDH qui s’engage dans des actions judiciaires concernant les crimes internationaux, et suivi des positions de la FIDH dans tous les grands dossiers.
  • Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH)
  • Le site du HCDH présente tous les instruments internationaux et textes utiles. Parmi lesquels, le texte intégral de la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (12 janvier 1951) et celui de la Convention sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité (26 novembre 1968).

 

Criminels impunis

  • Hissène HABRÉ, le Pinochet africain
  • Hissène Habré a dirigé l'ancienne colonie française du Tchad de 1982 à 1990 jusqu'à son renversement par l'actuel président Idriss Déby et sa fuite vers le Sénégal. Habré a persécuté, par périodes et en procédant à des arrestations collectives et des meurtres en masse, différents groupes ethniques dont il percevait les leaders comme des menaces à son régime. Le nombre exact de ses victimes reste à ce jour inconnu. Une Commission d'enquête […] l'avait accusé en 1992 de 40 000 assassinats politiques et de torture systématique. La plupart des exactions furent perpétrées par sa terrifiante police politique, la Direction de la Documentation et de la Sécurité (DDS). Les États-Unis et la France ont soutenu Habré, le considérant comme un rempart contre le leader libyen Mouamar Khaddafi, qui tentait de s'emparer du nord tchadien… [suite ici].
http://korczak.fr | http://roi-mathias.fr © Ass. Frse J. Korczak (AFJK), Paris
(Page créée en mai 2002, complété le : 17/01/10 )